Accueil » Messier, Nébuleuses diffuses

M 020 T254 vs T635

M 20  T254  BL 24 07 1998 M 20  T635  BL 2017 07 11

Object information

Nom de l’objet : Messier 20
Type de l’objet : Bright Nebula
Magnitude : 6.30
Ascension droite : 18h 02m 38s
Déclinaison : 22° 58′ 11" S
Constellation : SGR

Observations Details

Date de l’observation : 24 juil. 1998 22:45 UT
Durée de l’observation : 10 min
Position de l’objet : Alt: 20.1°, Az: 199.0°
Conditions météo : not related
Conditions de l’observation : T2, P1-2, S2
Lieu d’observation : Chabottes les Auberts
Instrument : TSC LX200/254 Meade
Oculaire principal : Meade SWA 13.8mm
Barlow : Reductor Meade f/6.3
Grossissement : 116x

Notes

Observation au LX200/254

Ce dessin n’a aucune valeur artistique; aucune note détaillée d’observation ne l’accompagne. Si j’ai décidé de le publier, c’est par ce qu’il a un intérêt "historique", et "informatique".

En Janvier 2013, j’ai, en effet, retrouvé profondément enfoui dans un ancien dossier d’images astronomiques, un croquis réalisé en… Juillet 1998, 15 années auparavant, et je le publie tel que je l’ai retrouvé.

M 20  T254G116UHC   BL 24 07 1998A cette époque, c’était mes tous débuts dans le dessin astro. Je l’avais complètement oublié, et même si sa découverte m’a fait remonter quelques souvenirs, les seules notes qui l’accompagnaient étaient les suivantes:

x116 Meade SWA 13.8mm/UHC

Magnifique trèfle à trois bandes sombres . L’étoile centrale est vue double (triple sans filtre, à vérifier). Suivant indications de mon dessin :  (1) zone la plus brillante, (2) semblable à un large estuaire d’un fleuve sombre, (3) la nébulosité de cette zone (note le 02 07 2002 : il s’agit de la nébulosité N) se réduit au pourtour de l’étoile .

En réalité, il est orienté inversé gauche-droite, les étoiles sont des pâtés et non des points, des rayures viennent de je ne sais où, le fond est sale, etc…

Pourtant, 15 ans après, et sans y apporter aucune modification autre qu’informatique, j’ai pu redonner une certaine vie au croquis, et le transformer en un dessin, sinon artistique, du moins acceptable. J’en tire deux conclusions:

– les logiciels de traitement d’image actuels permettent de faire, sinon des miracles, du moins des pansements !

– gardez toujours vos croquis et notes d’observation. Vous ne savez pas si vous ne serez pas heureux, un jour, de les avoir gardés.

Pour ce qui me concerne, il m’a permis de constater qu’à mes débuts, je ne relevais pas les conditions météo, pas plus que la magnitude limite à l’œil nu, je n’utilisais ni le filtre OIII, ni le H bêta, 10 min me semblaient une très longue observation, etc..

 

Observation au T 635

Date de l’observation:  11 juil. 2018 21:30 UT

Durée de l’observation:  150 min

Position de l’objet:  Alt: 22.2°, Az: 167.6°

Conditions météo: 16h: J+++ V1/R20kmh t27° hu40% 23h00: N+++ V0/R0 t20° hu57%

Conditions de l’observation:  SQMZ 21.47 L(60N) 21.61 mvlon(UMi)6.4/VI4 Z(Lyr)6.48/VI5 S3.5" T2 P1.5

Lieu d’observation:  Observatoire des Baronnies Provençales

Instrument:  TN 635 Dobson Obsession

Oculaire principal:  ES 25 mm 100°

Barlow:  (None)

Grossissement:  125x

Notes

x125 ES25-100°/CLS

La nuit n’est pas tout à fait complète, et je découvre la Trifide au T635: c’est un gros machin! Mais ce qui frappe, c’est qu’il est complètement différent avec les filtres CLS et OIII.

Avec ES25-100°/CLS, tout est bleu, y compris les étoiles brillantes, et il y a deux zones séparées par un chenal sombre: la zone S, et la zone N presque aussi brillante. Avec E21/OIII, la zone S se structure, et devient prépondérante, tandis que la zone N est presque éteinte. Dans les deux configurations, l’étoile centrale de la zone S est une magnifique double brillante.

Je commence avec ES25-100°/CLS pour étudier la zone N et les zones périphériques de la zone S. La couleur bleue est nette, C135/S30. Les nébulosités s’échelonnent de L1 à L3, avec deux nervures centrales L4, et un coin de L5. La zone N n’est pas énormément structurée, mais on peut toutefois délimiter des parties brillantes, et surtout des trouées sombres; ce sont ces dernières qui structurent le plus la zone N.

Il est 00h47, j’ai terminé la zone N; je laisse la bande sombre entre les zones N et S pour la fin, après l’étude de la zone S.

x148 Ethos 21mm/OIII-12nm

J’attaque immédiatement l’étude de la zone N, et miracle, elle est rouge. Ce rouge est net, C7/S20, et il apparait dès la première seconde. Le contraste de couleur entre le bleu de la zone N et le rouge de la zone S est frappant, et c’est peut être le moment le plus étonnant de l’observation lorsque je le découvre.

J’essaie de tracer l’isophote L1: le trêfle s’étend très loin, et les étoiles du champ servent de repère; les limites sont floues. Il y a trois pétales principaux; le pétale SE est nettement plus sombre. Le gradient vers les zones centrales est évident.

Lorsque l’adaptation est complète, les nervures deviennent proéminentes, et extrêmement contrastées. Je peux non seulement détailler leur limites, mais aussi des zones plus ou moins sombres, O4 à O6, à l’intérieur de celles ci.

J’ai essayé d’observer la zone N avec deux autres configurations: avec ES25-100°/OIII-12 l’image est moins contrastée car le fond est trop lumineux. Avec x240 Ethos 13mm/OIII-12 l’image est beaucoup trop sombre.

La Trifide est une belle nébuleuse, qui dévoile beaucoup de détails si l’on y prend le temps, mais surtout qui montre un contraste de couleurs surprenant.

Autres objets en rapport :

Les commentaires sont clos.