Accueil » NGC, Rémanents de Supernova

NGC 6960 (détail)

NGC 6960 Capella Obs NGC 6960  T635  BL 2013 09 03 & 04 partie Nord

Object information

Nom de l’objet : NGC 6960 Veil Nebula
Type de l’objet : Supernova Remnant
Magnitude : 7.00
Ascension droite : 20h 46m 18s
Déclinaison : 30° 46′ 21" N
Constellation : CYG

Observations Details

Date de l’observation : 03 sept. 2013 00:10 UT
Durée de l’observation : 215 min
Position de l’objet : Alt: 56.8°, Az: 259.1°
Conditions météo : J+++ 16h: V1-2N t29° hu35% T1 N+++ 0h40 V0 t14° hu64%
Conditions de l’observation : SQMZ 21.41(MW+)  SQMLZ 21.58 FWMH 1.3" mvlon(UMi)6.4/VI2 6.6/VI4 T1 P1.5 S1/195!
Lieu d’observation : Observatoire des Baronnies Provençales
Instrument : TN 635 Dobson Obsession
Oculaire principal : Televue Nagler 16mm Type 5
Barlow : (None)
Grossissement : 195x

Notes

x148 Ethos 21mm/OIII-12nm

La turbulence est remarquablement bonne. Les Dentelles sont tellement structurées, contrastées, et détaillées, que je décide de ne m’attaquer ce soir qu’à la partie de NGC 6960 comprise entre 52 Cyg et son extrémité effilée. Les seuls mots qui me viennent à l’esprit sont "époustouflant de netteté".

x195 Nagler 16mm/OIII-5nm

Afin de diminuer au maximum la brillance de 52 Cyg, et l’éblouissement que ce phare provoque, et aussi pour mettre en évidence les "nervures" de ce qui est une véritable tresse, je décide d’utiliser le filtre Astrodon 5nm. C’est un travail très difficile, et fastidieux, car les détails sont très nombreux, et concernant 52 Cyg "éteinte", je découvre sa duplicité. Il est à noter que le filtre Astrodon donne aux filaments une couleur verte très prononcée, C105/S30 ou 40, d’autant mieux perçue que tous ces filaments sont très lumineux.

NGC 6960  T635  BL 2013 09 04 partie Nord OIII 5nm

J’arrête à 03h30 LT: il m’a donc fallu une heure un quart, et je n’ai analysé que les nervures, et non les nébulosités, d’autant que le filtre Astrodon est trop sélectif pour celles ci. Je décide de remettre la suite à demain, pour éviter la fatigue.

04 sept. 2013 20:30 UT. Les conditions sont presque aussi bonnes que la veille: SQMZ 21.33(MW!!!)  SQML(60W) 21.46 FWMH 2.0" mvlon(UMi) 6.4/VI4 6.6/nv T1 P2 S1-2/150

x102 Nagler 31mm sans filtre

Sans filtre, 52 Cyg est nettement orange clair, même dans MB 60×14. La saturation est S10 ou 20; le compagnon est faible, mais évident.

x148 Ethos 21mm/OIII-12nm

Je continue mon observation de la veille. La duplicité de 52 Cyg est confirmée grâce au filtre qui assombrit la principale. Le couple est facilement séparé, mais très déséquilibré.

Je retrouve immédiatement le vert des nervures, mais je suspecte aussi le rouge du Halpha; à préciser au cours de l’observation.

Je chemine lentement, détail après détail dans les nervures, pour décrire les nébulosités faibles de part et d’autre de la tresse principale. Et subitement, à 00h00, donc après 90 minutes d’observation et alors que j’ai quasiment terminé le côté Est de la tresse (!!!), je réalise que je vois la Halpha. Et la couleur rouge est exactement dans les limites de l’image de Gendler; c’est à dire que les nébulosités Est, externes à la tresse, sont C7 / S30, mais si ce rouge est bien rouge, il reste faible car les nébulosités concernées sont L1 à L2, exceptionnellement L3. Ce rouge continue aussi sur (ou sous ?) la tresse, dont les nervures, L5 à L6, exceptionnellement O7, sont vert OIII pur; j’estime la saturation du vert à S40 ou 50, mais comme les nervures sont lumineuses, il est probable que je devrai diminuer cette saturation au stade du dessin.

NGC 6960  T635  BL 2013 09 04 partie Nord H alpha

Quoi qu’il en soit, la dualité des deux couleurs, qui plus est complémentaires, d’une tresse lumineuse verte sur un fond flou rouge, est très nette.

Après avoir tenté d’analyser précisément les couleurs, je passe au nébulosités Ouest: c’est très rapide, car elle sont quasiment inexistantes, à part une excroissance très légère, L1 à L2, au S de A*. Je ne suis pas arrivé à percevoir de nébulosités sur ce bord W au droit de 52 Cyg, qui, lors que j’observe avec le filtre OIII, éblouit et lessive le champ sur un diamètre de près de 10′, et empêche de percevoir la moindre nébulosité dans un D de 5′ (’càd un rayon de 2.5′) autour de l’étoile.

Toujours avec x148/OIII-12nm, l’enchevêtrement de la structure de la tresse apparait nettement en VI, tellement dense, tellement serré, tellement enchevêtré que je devrai le dessiner en tant qu’ensemble; si je devais dessiner chaque cheveux de la tresse après l’avoir individualisé, il me faudrait huit jours pour le croquis! Par contre, cet enchevêtrement ne concerne que la "partie verte" de la tresse; aucun enchevêtrement n’est visible dans les nébulosités rouges périphériques.

Il est 00h45, il y a près de deux heures que je suis sur le champ, et la lassitude me conduit à arrêter. Mais il faudrait que j’augmente le G, probablement avec Ethos 13mm/OIII-12nm, pour percevoir encore d’autre détails.

A* SAO 70464, m8.773V

Autres objets en rapport :

Les commentaires sont clos.