Accueil » Nébuleuses diffuses, Nébuleuses sombres, NGC

NGC 3372 2010/2012

NGC 3372 Eta Car J Schelder NGC 3372  T508 BL large 2012 06 13

Object information

Nom de l’objet : NGC 3372 (Keyhole field)
Type de l’objet : Bright Nebula
Magnitude : 3.00
Ascension droite : 10h 44m 20s
Déclinaison : 59° 56′ 21" S
Constellation : CAR

Observations Details

Date de l’observation : 13 juin 2012 18:50 UT
Durée de l’observation : 100 min
Position de l’objet : Alt: 43.4°, Az: 207.4°
Conditions météo : 15H: J++++ V~0 t~20° T0.5 19h40: N++++ V0 t-0.7° hu36% SQM(60°N)21.76
Conditions de l’observation : SQM(60°N) 21.76  FWMH 2.3" T0.5 P0 S3-4/195 4-5/318
Lieu d’observation : Namibie Tivoli
Instrument : TN 508 Dobson Tivoli
Oculaire principal : Televue Ethos 13mm
Barlow : (None)
Grossissement : 195x

Notes

x212 Ethos 21mm

Le but de l’observation est de reprendre mon observation "découverte" de 2010 du Trou de la serrure, Keyhole nebula. Je commence l’observation de la région centrale (voir ci-après), et je me rends compte de la complexité des nébulosités. Et j’en tire les conséquences, à savoir que je ne peux faire un croquis de l’ensemble de la nébuleuse sans y passer une nuit complète, sinon plus. Je décide donc (pour ne pas obérer la liste des cibles que j’ai prévues de dessiner pendant les dix jours de mon séjour à Tivoli) de me concentrer sur la région centrale pour le dessin. Puis je passe près d’une demi-heure à observer les régions périphériques, pour les graver, autant que faire se peut, dans ma mémoire.

Je dois donc à la vérité de dire que mon dessin de l’ensemble de la nébuleuse n’a pas été réalisé à l’oculaire, mais seulement les régions périphériques du Trou de la Serrure. Par contre, dès mon retour de Namibie, je me suis aidé d’une photographie pour retrouver tous les détails, encore bien présents dans ma mémoire. Au final, mon dessin est parfaitement représentatif du souvenir que j’ai de mon observation.

NGC 3372 Nord R Gendler cropx195 Ethos 13mm/OIII-12nm

C’est la configuration utilisée pour l’observation et le dessin des nébulosités de la région centrale.

x318 Ethos 8mm sans filtre

C’est la configuration utilisée pour l’observation et le dessin des parties sombres.

L’ensemble est très lumineux, et il faut beaucoup d’application pour faire ressortir tous les détails. L’image de Gendler est absolument nécessaire pour ne pas se soucier des proportions.

Il faut aussi constamment recadrer intellectuellement les détails dans l’ensemble des nébulosités, en observant en VI éloignée, car les nébulosités sont partout, et c’est aussi le bon moyen de faire ressortir les parties sombres.

NGC 3372  T508  BL 2012 06 13Le champ est riche: toutes les étoiles sont bien vues jusqu’à m15v. Bien sûr, j’en ai vu beaucoup plus qu’en 2010.

Nota: a) je n’ai pas cherché à analyser l’homoncule. Ce n’était pas l’objet de l’observation, et de plus, la turbulence était trop forte pour augmenter le grossissement.

b) je n’ai pas noté de couleur. Pourtant toute mon observation a été réalisée avec le filtre Lumicon OIII-12nm de 31.5mm qui laisse passer le H alpha. Mais j’étais trop occupé à dessiner, et j’ai oublié de noter les couleurs perçues, bien que je me souvienne du vert pour les régions centrales, et du pourpre pour les extensions périphériques.

 

Observation au T508 du 17 avr. 2010 20:00 UT

Namibie Tivoli, mvlon(Crv) 7.65BL!  SQMZ 21.75(estimé)  T1 P0 S2/160 , Alt: 53.5°, Az: 182.4°

La présente observation a pour but de dessiner le champ du Trou de la Serrure. [Note 2011 11 20: l’élaboration du dessin final s’est fait dans les conditions décrites ci après.]

x159 Nagler 16mm/OIII

Mon croquis est fait à l’oculaire, de la manière ”traditionnelle”, c’est à dire au sommet de l’échelle, sur papier dans une main, crayon dans l’autre, et l’œil à loculaire .

Je note à la fin de l’observation: “la structure de tout le champ est si contrastée, si détaillée, qu’il faudra certainement que j’y revienne à de nombreuses reprises pour en tirer tous les détails. Même si j’ai passé 50 minutes sur un champ de D < 15′, mon dessin n’est qu’un premier jet. C’est certainement un des objets les plus difficiles à dessiner.”

Le croquis correspondant est celui de gauche sur l’image ci-contre.

Un examen, même rapide, montre que les isophotes sont à peu près corrects, ainsi que l’évaluation des différentes intensités de luminosité, conformément à l’échelle de Ciel Extrême (Luminosités: de 0, nulles, à 10, maximal; Opacités: de 1, très faibles, à 6, très fortes). Par contre, le champ dans son ensemble souffre de distorsions très importantes: certaines zones sont plus trop petites, d’autres trop importantes, d’autres trop étirées, etc.. En résumé NGC 3372 ressemble à ce qu’elle serait si elle était vue dans un miroir déformant.

Ceci n’est malheureusement pas étonnant: je suis incapable de dessiner fidèlement, à l’oculaire, des champs étendus, ce qui m’impose de passer par la phase croquis puis par la remise au propre. Mais dans le cas présent, les déformations étaient tellement importantes que j’avais jugé mon croquis inexploitable… jusqu’à ce que réalise, 18 mois plus tard, que le DAAO, le “Dessin Astronomique Assisté par Ordinateur” me permettait de “repêcher mon chef-d’œuvre” Clignement d'œil

ngc 3372  center  t508  bl 2010 04 17 croquis & isophotesVoilà comment j’ai procédé: j’ai utilisé une photo de la zone, en l’occurrence réalisée par Robert Gendler, que j’ai bien entendu limitée à la surface de la nébuleuse annotée sur mon croquis in situ. Puis, sur cette photo, j’ai retracé, avec l’outil pinceau de Paint Shop Pro, et aussi fidèlement que possible, les isophotes de mon croquis.

Puisque le fond de l’image est, par définition, fidèle, j’ai pu ainsi “reformater” les isophotes aux justes proportions; visuellement tout se passe comme si j’avais ainsi aplani le miroir déformant, et redonné à mon croquis la forme qu’il aurait dû avoir s’il avait été correct. Le résultat de cette action est le dessin de droite.

Une fois obtenu ce “croquis-photo”, j’ai réalisé mon dessin de la manière que j’utilise habituellement depuis 2010, c’est à dire en utilisant l’outil pot à peinture, et en remplissant progressivement les isophotes par des couches successives de peinture blanche (chacune d’opacité 5% ).

NGC 3372 center T508 BL 2010 04 17 31J’ai bien entendu tenu compte de toutes mes notes d’observation, qui sont les suivantes.

1) Pour les nébulosités:

x73  Panoptic 35mm/OIII

C’est une nébuleuse exceptionnelle. Exceptionnelle de luminosité, exceptionnelle de contraste entre les zones brillantes et les zones sombres. Ces dernières ne sont pas des zones d’absorption, mais des vides de luminosité sur lesquels il y a autant d’étoiles qu’ailleurs. Les contrastes sont énormes, la netteté des contours étonnante, lesquels sont découpés "au ciseau" dans tous les sens.

C’est une véritable photo en relief. Les zones lumineuses on de l’épaisseur; elles sont L8-L9 pour les plus brillantes. Le gradient de luminosité affaiblit régulièrement les luminosités au fur et à mesure que l’on s’éloigne d’Eta Carina, très loin, car il faut faire glisser le champ de ~ 1° tout autour pour "survoler" la nébuleuse dans son ensemble.

Cette nébuleuse présente en VI éloignée une couleur pourpre, sombre et pâle [Note 2011 11 20: mon filtre OIII est un vieux Lumicon, qui laisse passer le H alpha].

2) Pour le Trou de la serrure:

x73  Panoptic 35mm/OIII

Le trou de la serrure, est identifié sans le connaitre: c’est un trou noir,  dans la zone la plus brillante de la nébuleuse: c’est une photo, d’autant que le seeing est exceptionnel, et l’image "scotchée".

3) Pour Eta Carina

x282 Nagler 9mm, puis x529 Nagler 4.8mm, puis x725 Nagler 3.5mm

Il faut monter progressivement le grossissement pour avoir une vision complète de l’objet, mais qui s’empâte au fur et à mesure que le G augmente. Puis il faut redescendre, pour augmenter le contraste.

avec 282x, la "moustache" N est évidente, et précisément analysable: L6 avec une extrémité en dégradé. J’ai découvert, mais difficile, L3, la moustache S, que je ne connaissais pas. Les 2 taches sombres, L3, du lobe SE sont bien séparées et analysables, notamment leur allongement et AP respectifs. Le lobe NW est aussi grand que le lobe SE, mais moins lumineux, L3 au lieu de L6. Il est tout de même bien analysable, mais je le connais! Mon dessin, réalisé à l’oculaire, est bien représentatif.

La couleur orangée de l’objet est fantastique de luminosité et de saturation, C9/S180!!! L’étoile, elle-même est C9/S255, c’est à dire 100% de saturation.

Trumpler 16 est un très bel amas, très lumineux, moyennement riche, et très étagé en magnitude.

Autres objets en rapport :

Les commentaires sont clos.