Accueil » Nébuleuses diffuses, Nébuleuses sombres, NGC

NGC 2238 croquis

NGC 2237 rosette N Outters croquis close NGC 2238  T635  BL  2010 12 10

Object information

Nom de l’objet : NGC 2238 (part of Rosetta)
Type de l’objet : Bright Nebula
Magnitude : ?
Ascension droite : 06h 31m 32s
Déclinaison : 05° 02′ 22" N
Constellation : MON

Observations Details

Date de l’observation : 11 déc. 2010 02:15 UT
Durée de l’observation : 107 min
Position de l’objet : Alt: 46.5°, Az: 211.4°
Conditions météo : 16h: J+++ V3/R30kmhNW t5° hu43% T1 03h: N+++ V0/R0 t-3.6° hu67% QZ21.15 LZ21.14
Conditions de l’observation : SQMZ & SQMLZ 21.15( (?! MW), FWMH 3.5", mvlon UMi 6.4 VI5, T1 P1(!) S5/100 ciel superbe mais lumineux
Lieu d’observation : Observatoire des Baronnies Provençales
Instrument : TN 635 Dobson Obsession
Oculaire principal : Televue Panoptic 24mm
Barlow : (None)
Grossissement : 130x

Notes

La transparence est cristalline, je décide de tenter l’observation, l’analyse, et un dessin des veines sombres du quart NW de la Rosette.

Les valeurs de SQMZ et SQMLZ sont étonnamment basses; j’aurais plutôt estimé le ciel à 21.50 ou même plus, mais effectivement mvlonUMi 6.4 n’est que VI5. Pourtant le ciel est superbe, et je n’ai pas d’explication, même si, effectivement, je le trouve lumineux (je dis bien "lumineux", c’est à dire le contraire de "laiteux"). En fait, la Voie lactée est tellement présente, que je ne peux pointer le SQM sans l’avoir dans le champ.

x130 Panoptic 24mm/OIII-5

Je compare les deux configurations: Nagler 31mm/OIII-12nm (ancien Lumicon) et Panoptic 24mm/OIII-5nm (Astrodon). Cette dernière est nettement meilleure, par ce que l’image est plus contrastée. Je m’y tiens pendant toute l’observation; de toutes façons, la turbulence m’interdit de grossir.

Je procède dans l’ordre des étapes suivantes:

1) étude de Guide8/DSS (Guide8/DSS est beaucoup plus précis que Guide8/isophotes)

2) je dissèque et je mémorise l’image de Nicolas Outters

3) j’observe à l’oculaire, et je cherche à reconnaitre le détail que je devrais voir.

4) je dessine (en jaune), avec le pinceau de Paint Shop Pro, mon croquis sur l’image de Nicolas Outters

L’observation des nébulosités demande une adaptation complète. A chaque retour à l’oculaire, après que j’aie regardé sur l’écran du PC, il me faut 30 secondes pour "revoir" le champ, et les détails ne reviennent qu’après une minute ou plus. Comme pour tout objet étendu, j’observe détail après détail, veine sombre après veine sombre, nœud après nœud.

Au total, l’observation est réussie, mais réellement difficile, car je ne visualise bien les nébulosités sombres qu’en vision éloignée, ce qui rend la perception des détails très difficiles. C’est une observation difficile (ça fait 5 ou 6 heures que j’observe par -3° ou -4°C, et j’ai du monter et redescendre de l’échelle 50 fois pendant ce temps), mais elle est gratifiante.

fin 05h02, V0/R0, t-3.8°C, hu70%, T1 P1, ciel magnifique.

Autres objets en rapport :

Laissez votre réponse !

Vous devez etre connecté pour poster un commentaire.