Accueil » Nébuleuses diffuses, NGC

NGC 0281

NGC 281 Rob Gendler wide NGC 281  T635  BL OBP 2011 01 02

Object information

Nom de l’objet : NGC 281 Pacman nebula
Type de l’objet : Bright Nebula
Magnitude : 99.99
Ascension droite : 00h 53m 40s
Déclinaison : 56° 41′ 17" N
Constellation : CAS

Observations Details

Date de l’observation : 02 janv. 2011 20:27 UT
Durée de l’observation : 225 min
Position de l’objet : Alt: 61.8°, Az: 310.4°
Conditions météo : 17h J+++ V2NW t-1° hu? 21h N+++ V1 t-1° hu76 QZ21.59 L60°21.52
Conditions de l’observation : 22h15 SQMZ 21.59 SQML60° 21.52 mvlon(UMi) 6.4 VI3, 6.6 VI5  T1 P1 S4/100 5/130
Lieu d’observation : Observatoire des Baronnies Provençales
Instrument : TN 635 Dobson Obsession
Oculaire principal : Televue Panoptic 24mm
Barlow : (None)
Grossissement : 130x

Notes

Le but de l’observation est de réaliser un dessin détaillé des nébulosités. La turbulence ne permet pas d’étudier l’amas central, IC 1590. L’observation a duré pas loin de 4 heures, de h = 61° à h = 38°, avec un ciel excellent, voire exceptionnel pour la transparence et la pollution lumineuse. Par contre, la turbulence est passée de mauvaise, FWMH ~ 3.5" à médiocre, ~ 2.5". Les configurations employées ont été uniquement Nagler 31mm / OIII-12, et Panoptic 24mm / OIII-5. Les nébulosités ont été représentées avec les isophotes, sur un fond constitué par la photo de R Gendler.

x100 Nagler 31mm/OIII12

Pour commencer, j’observe attentivement et longuement Pacman, dont je n’ai aucun souvenir. Cette configuration me permet d’agrandir le champ (par rapport à Panoptic 24, x130), et donc la quantité de ciel noir autour des luminosités, mais la NB est nettement moins contrastée qu’avec P24/OIII-5. Par contre, je vois indéniablement du rouge sur toutes les régions externes de la NB, exactement dans les mêmes zones que celles, rouges, de la photo de Gendler. La NB est vue réellement jusqu’aux limites de Gendler. Même si je n’ai pas encore détaillé, je dirai L5 à L1.

x130 Panoptic 24mm/OIII-5.

La NB est indéniablement plus détaillée, L6 à L1. En particulier, toute la zone centrale, regroupant la bande noire [in situ, j’ai écris "sombre", puis barré, et remplacé par "noire"] principale, EW, et la zone sombre entre les lobes E et W, est beaucoup plus structurée. Mais absolument pas de rouge.

Après ce premier contact, je commence l’étude détaillée, détail par détail, zone par zone, et j’attaque par la "queue Sud". Je dessine avec le pinceau de Paint Shop Pro, sur la photo de Gendler, en vert pour N31/OIII-12, en bleu pour P24/OIII-5.

 

NGC 281 Rob Gendler wide

                                                              

J’ai tracé les isophotes L1 et L2 avec N/OIII-12 qui permet de mieux séparer les nébulosités du fond du ciel, car le pourcentage de surface du fond du ciel est plus important que celui des nébulosités, à la fois par ce que le G est moindre qu’avec P24, et le champ est de 82° au lieu de 68°.

Par contre, dès qu’on arrive à l’isophote L3, donc aux parties centrales de la NB, P24/OIII- est meilleur car les nébulosités, qui occupent sinon tout du moins la majorité du champ, sont nettement plus structurées Le chenal central, NS, entre les deux lobes, est la zone la plus contrastée; le globule sombre, à1’NE de BU 1 est totalement noir, O6, en VI éloigné.

Cette étoile BU 1 est l’étoile multiple qui constitue le cœur de IC 1590, et qui n’est pas séparée, à cause à la fois du filtre, mais surtout de la turbulence forte. Elle n’est perçue stellaire et brillante; c’est vraiment le phare du champ.

Mon croquis est achevé à 0h 32, après 3 heures d’observation, et peut être 20 ou 25 aller-retours entre le sommet de l’échelle et ma table de notes. Pourtant, j’éprouve le besoin de revenir sur l’étude de la couleur.

Au début de mon observation, avec N31/OIII-12, j’avais noté le rouge sur les isophotes L1 et L2, régions périphériques des nébulosités: "il n’y a aucune couleur sur les iosophotes L3 et +, mais l’isophote L2 est déjà perçu avec un peu de rouge, lequel devient plus sombre et plus profond sur l’isophote L1". Mais à 0h 40, je retourne une nième fois au sommet de l’échelle, et je change le P24/OIII-5, qui m’a servi pendant toute la dernière heure pour l’étude des régions centrales, par le N31/OIII-12.

Et, surprise, le rouge est visible sur la totalité des nébulosités! Mais comme les parties centrales sont lumineuses, beaucoup plus que sur Simeis 147, observée lors de la précédente NL, le rouge, mélangé au "blanc" des nébulosités, devient rose. Je crois qu’avec le seau à peinture de PSP, je pourrai retrouver parfaitement la saturation (Note 2011 01 12: C 7 / S 35) . En tout cas, c’est le même rouge que sur Simeis 147, seulement moins profond, plus rose.

Fin des notes 00h 52: j’ai pu détailler NGC 281, et ses nébulosités, avec beaucoup de détails, mais uniquement par ce que j’ai utilisé du début à la fin la méthode "photo + annotations directes avec PSP". Néanmoins, la turbulence ne m’a pas permis d’étudier IC 1590; l’observation devra être reprise sur ce point, avec une bonne turbulence.

Autres objets en rapport :

Laissez votre réponse !

Vous devez etre connecté pour poster un commentaire.