Accueil » Globular clusters, Messier

M (Glob) 02 à 15

M 2 3 4 5 9 L80 & T254 BL M 10 12 13 14 15 L80 & T254 BL

Object information

Nom de l’objet : Amas globulaires du catalogue Messier
Type de l’objet : Amas globulaires
Magnitude : variable
Ascension droite : variable
Déclinaison : variable
Constellation :

Observations Details

Date de l’observation : 1998 à 2005
Durée de l’observation : variable
Position de l’objet :
Conditions météo :
Conditions de l’observation : mvlon +/- 6.5, SQM +/- 21.5
Lieu d’observation : Alpes
Instrument : L80 à T254
Oculaire principal : variable
Barlow : non
Grossissement : variable

Notes

J’ai regroupé tous les amas globulaires du catalogue Messier pour plusieurs raisons.

D’abord, ils sont communément admis pour être les plus facilement accessibles et visibles pour les observateurs de l’hémisphère nord. Ensuite, ils ont été observés presque tous dans mon ciel haut alpin, un ciel de bonne qualité, mvlon +/-6.5, SQMZ +/-21.5 (sauf M 4, observé sous le ciel exceptionnel de Tivoli, en Namibie, et qui peut expliquer en partie, la résolution de l’amas avec la L80).

Ceci permet des comparaisons: d’abord sur l’augmentation de la résolution en passant de 80 à 254mm, mais aussi, pour un même diamètre, en fonction de leur classe, c’est à dire de leur compacité.

Enfin j’ai regroupés les 29 amas globulaires du catalogue dans trois billets, Ceci permet de limiter à 10 le nombre d’amas dans chaque billet, et de faciliter ainsi la comparaison visuelle des dessins.

M 2

L80x50 Televue Radian 10mm

C’est à ce G que l’amas est le plus en valeur. Le gradient n’est pas régulier, mais subit une augmentation forte au passage de la zone centrale. En VI éloigné, le halo s’étend jusqu’à une D de 7′, mais la SB des parties externes du halo est très faible. Loneos 12.11V est déja visible VI3

x104 Nagler 4.8mm

le halo de réduit à un D de 5′. Il est, à l’évidence, granuleux..  La zone centrale a un faible gradient radial, d ~ 1.5′ à 2.0′; Elle n’est pas résolue, ni même granuleuse. Une étoile périphérique, D*, bien vue VI2, B* et C* sont faciles, VI1, Loneos 112.11V est vue VI1-VI2. E* a été perçue VI4-VI5, sans la connaitre.

A* TYC 5208:284, m9.94V,  B* GSC 5208:205, m11.6B, Ucac2, m11.43V,  C* GSC 5208:166, m12.3B, Ucac2, m11.72V,  D* non au GSC, non au Ucac2,  E* GSC 5208:348, m12.3B, non au Ucac2

M 3

T254x254 Televue Radian 10mm

Spectaculaire ! Fantastique ! L’amas est entièrement résolu jusqu’à cœur; C’est peut être celui où le plus d’étoiles sont individualisées : des centaines d’étoiles (Note 2019: je n’avais pas encore vu NGC 104 !).

L’amas devient monstrueux, extraordinaire en VI, où il est vu en 3D, D2 médian, étant vu comme une sphère . (note le 26 06 2002 : c’est la première fois depuis l’observation de M13 au T1000, que, sans le réaliser, j’emploie l’adjectif “monstrueux” )

D1 noyau, et D2 médian, ne changent pas beaucoup de dimension, par rapport à la LC80, par contre D3 externe, augmente beaucoup, pour devenir approximativement égal au champ du x254, soit 14′

Les périphériques ne sont pas réparties uniformément, mais dessinent des extensions de la zones 2, particulièrement vers le N, et vers l’E. D* (voir LC80) est même dédoublée, m~11/12v, rhô~2″

Conclusion : M3 est un amas qui “joue en première division”, de la classe de M13 et M5.

M 4

L80x104 Televue Nagler 4.8mm

Les étoiles ne sont pas observables en VD, mais l’amas est résolu en VI.

Le “couteau” (la barre diamétrale N/S) est évident, mais le retour W en hameçon, visible au C11, n’est pas vu. Les périphériques lointaines sont complètement résolues, mais toujours en VI. A l’œil nu, l’amas est parfaitement vu VI3

M 5

T254x228 Televue Nagler 7mm, f/6.3

Splendide, entièrement résolu . Des centaines de piqûres, en périphérie et sur le centre .

Encore plus lumineux en VI : il semble sphérique, et non plus circulaire . Un gros machin !

M 9

L80x57 Televue Nagler 7mm

Joli petite tache laiteuse, ronde, D~1.5 à 2′.

Bords très flous, gradient central prononcé

Couleur blanchâtre

M 10

T254x185  Meade SWA 13.8mm

Amas entièrement résolu à cœur. La zone de scintillement, celle où les étoiles “se montent les unes sur les autres” est d1~1.5, La zone de poudroiement, où le fond noir est visible, mais les étoiles sont incomptables, est  d2~3.5′, Les périphériques vont très loin. D total~10à 12′

Il n’y a pas de fond laiteux, mais un poudroiement de plus en plus dense vers le centre. La densité n’est pas homogène radialement, les étoiles les plus lumineuses se situant majoritairement dans le cas NE. Avec de la patience, on peut individualiser et placer 50 étoiles, de m~12 à 13v, sur le dessin. En vision oblique, j’estime le nombre d’étoiles à 100.

Un bel amas, juste en dessous de M13, M5, et aussi M92

M 12

T254x185  Meade SWA 13.8mm

L’amas n’est pas résolu entièrement, mais le poudroiement va jusqu’à cœur. Le poudroiement est dense sur le fond laiteux (50 étoiles ?), dans un diamètre de 3 à 4′. Le cercle de mon croquis in situ indique la limite du fond laiteux, soit d~4 à 5′

Les étoiles périphériques vont très loin:  47 périphériques comptées dans un cercle de pratiquement 15′, de m 13v et plus. La forme allongée, notée à la LC80, provient de ce qu’il y a plus de périphériques au NW .

C’est un bel amas .

M 13

T254x185 Meade SWA 13.8mm

C’est le meilleur grossissement. L’amas peut être décomposé en trois zones, du centre vers la périphérie:

– (1) zone centrale : D1 = 1′ , la partie la plus brillante, le noyau . Zone de poudroiement, c’est à dire qu’il ny a pas de fond; les étoiles se montent les unes sur les autres.

– (2) zone médiane : D2 = 3′ , le fond est non résolu; cette zone commence là où le fond noir commence à être perçu, et se termine là où les étoiles commencent à être suffisament dispersées pour pouvoir être comptées .

– (3) zone externe : D3 = 5′ , étoiles sur fond laiteux . Cette zone commence là où le fond noir commence à être perçu, et se termine là où les étoiles commencent à être suffisamment dispersées pour pouvoir être comptées .

Les trois zones (1), (2), (3), ne sont pas exactement concentriques .

Les “antennes” sont évidentes, avec une symétrie surprenante , et portant les dimensions totales de l’amas à 13’NS x 10’EW. J’ai compté 66 étoiles, uniquement à l’intérieur des antennes, le seul endroit où le fond est noir ( je veux dire ” à l’extérieur de la zone (3)”, c’est à dire la zone des étoiles périphériques ).

Sur l’ensemble des trois zones (1)+(2)+(3) , j’estime le nombre d’étoiles individualisables à 50, et le poudroiement arrière est indescriptible . En VI, on a l’impression d’un nombre d’étoiles “infini”, en réalité, plusieurs centaines, à mon avis .

Mais je ne retrouve pas l’aspect sphérique de M5 en VI .

M 14

T254x185  Meade SWA 13.8mm

Amas à la limite de la résolution : zone centrale, D1~3′, à fond laiteux , zone médiane, D2~4′, décalée vers le NE . Une dizaine de périphériques, de m13 et 14v, ont pu être positionnées. Plusieurs autres (5?) sont aussi perçues dans (1), mais sans pouvoir les positionner .

Il n’existe pas de limite externe bien déterminé pour la limite extérieure des périphériques : poudroiement en VI, mais pas très dense, d’étoiles à la limite, sur fond laiteux, dont le nombre est estimé (?) à 25 . Bien moins spectaculaire que M10 et M12 .

M 15

L80x28 Meade SWA 18mm

Le halo s’étend loin en VI éloignée même si la luminosité des zones externes, L2 puis L1, représente plus de la moitié du diamètre perçu. D ~ 7′. La zone centrale est très petite, et très concentrée, avec, au centre, un noyau vu stellaire, exactement comme une étoile défocalisée dans un TSC.

x104 Nagler 4.8mm

L’amas est beau. Les périphériques fourmillent, mais toutes (15 – 20?) par glimpses, non dessinables et non positionnables, sauf 4 ou 5*, A* à E*, dessinées sans les connaitre. Le gradient est prononcé vers un centre très concentré et très lumineux, L8- L9, d ~ 30″. Le halo se réduit à D ~ 3.0 – 3.5′ (mais G = 104)

Autres objets en rapport :

Les commentaires sont clos.