Accueil » Diffuse nebulae, Messier

M 017 L80 vs T254 vs T635

M 17 OBP Gendler Diaz M 17  L80 T254 T635 BL

Object information

Nom de l’objet : Messier 17
Type de l’objet : Bright Nebula
Magnitude : 6.00
Ascension droite : 18h 20m 53s
Déclinaison : 16° 10′ 56" S
Constellation : SGR

Observations Details

Date de l’observation : 19 juin 2001 23:22 UT
Durée de l’observation : 75 min
Position de l’objet : Alt: 28.5°, Az: 168.7°
Conditions météo : not related
Conditions de l’observation : mvlonUMi 6.2 VI5 T1, P1.5 diffus, S3/85
Lieu d’observation : Chabottes les Auberts
Instrument : LC 80/400 Linear
Oculaire principal : Televue Radian 10mm
Barlow : (None)
Grossissement : 40x

Notes

Mon compte rendu est très succinct:

M 17  LC80G40OIII et 57UHCx40  Televue Radian 10mm/OIII

C’est le grossissement utilisé pour la perception des isophotes, notés L1 à L8

x57   Nagler 7mm/UHC

L’isophote L9 a été perçu à ce G, et avec ce filtre

x87  Nagler 4.8mm sans filtre

Les étoiles ont été positionnées à ce G, et sans filtre.

Nota:  cette observation a été détaillée dans la revue Ciel Extrême N° 24, pages 13 à 15

T254

Date de l’observation : 26 juil. 1998 22:25 UT

Durée de l’observation : 10 min

Position de l’objet : Alt: 28.3°, Az: 192.7°

Conditions météo : not related

Conditions de l’observation : T1, P2, S2

Lieu d’observation : Chabottes les Auberts

Instrument : TSC LX200/254 Meade

Oculaire principal : Meade SWA 13.8mm

Barlow : Reductor Meade f/6.3

Grossissement : 116x

Ce dessin n’a aucune valeur artistique; aucune note d’observation ne l’accompagne. Si j’ai décidé de le publier, c’est par ce qu’il a un intérêt "historique", et "informatique".

En décembre 2010, j’ai, en effet, retrouvé profondément enfouis dans un ancien dossier d’images astronomiques, un croquis réalisé en… juillet 1998, 13 années auparavant. A cette époque, c’était mes tous débuts dans le dessin astro.

Je l’avais complètement oublié, et même si sa découverte m’a fait remonter quelques souvenirs, les seules notes qui l’accompagnaient étaient les suivantes:

x116  Meade SWA 13.8 mm/reductor Meade f/6.3/UHC

Ce n’est pas la nébuleuse la plus lumineuse (M8) , mais c’est la plus belle nébuleuse brillante de l’été (avec les Dentelles) La plus concentrée aussi sur le fond du ciel . Le cygne suggéré, devient vivant lorsque son corps est horizontal . La couleur de l’ensemble est le blanc .

Notes 2011 07 12: Là s’arrête mon compte rendu! Les étoiles sont en nombre vraiment limité; leur emplacement, comme leur brillance, sont assez fantaisiste. Mais je demande l’indulgence du lecteur: je ne connaissais même pas l’existence de M 17 huit jours auparavant, et je venais de prendre contact avec mon tout nouveau LX200/254 seulement la semaine précédente. A cette date, aussi, je n’avais que quelques semaines d’expérience astronomique, acquises avec un T115/900, lui même remonté d’un grenier, après trente années d’endormissement.

C’est donc le dessin d’un vrai débutant que j’ai couché sur le papier. Pourtant, 13 ans après, j’ai pu lui redonner une certaine vie, et le transformer en un dessin, sinon artistique, du moins acceptable. J’en tire deux conclusions:

– les logiciels de traitement d’image actuels permettent de faire, sinon des miracles, du moins des pansements !

– gardez toujours vos croquis et notes d’observation. Vous ne savez pas si vous ne serez pas heureux, un jour, de les avoir gardés.

Pour ce qui me concerne, il m’a permis de constater qu’à mes débuts, je ne relevais pas les conditions météo, pas plus que la magnitude limite à l’œil nu, je n’utilisais ni le filtre OIII, ni le H bêta, 15 min me semblaient une très longue observation, etc..

 

T635

Date de l’observation : 12 avr. 2013 22:45 UT – 21 juin 2014 22:00 UT

Durée de l’observation : 485 min

Position de l’objet : (2014 06 21) Alt: 23.6°, Az: 148.5°

Conditions météo : 15h J+ V1/R2 t27° hu35% 24h00 N++ V0/R0 t16.3° hu64% QZ21.34 L60N21.66

Conditions de l’observation : SQMZ 21.34(MW++) SQML(60N) 21.66 S3.5" mvlon(UMi) 6.4/VI5 T2 P1.5 S3/125 4/240

Lieu d’observation : Observatoire des Baronnies Provençales

Instrument : TN 635 Dobson Obsession

Oculaire principal : Televue Ethos 13mm

Grossissement : 240x

Il s’agit d’une observation exceptionnelle, à plusieurs titres: elle s’étale sur deux années, 2013 et 2014, sur 3 nouvelles lunes, avril 2013, mai et juin 2014, sur 5 nuits, et sur près de 8 heures à l’oculaire ! Toutes ces observations ont été faites à l’Observatoire des Baronnies Provençales, avec mon dobson Obsession T635, et toujours dans un bon à très bon ciel (SQML variant de 21.40 à 21.66)

12 avr. 2013 22:45 UT, 00h: QZ21.38 LZ21.42 vUMi6.4nv T2.5 P2 S4/516

x390  Ethos 8mm sans filtre

Dans le but d’étalonner les étoiles pour mon futur dessin, je pointe les étoiles perçues sur une zone réduite, correspondant à la zone sombre au droit du “poitrail” du Cygne. Je constate que les étoiles sont perçues jusqu’à m ~ 16v (on est à h = 25°), et je me guiderai sur cette valeur pour extrapoler l’ensemble des étoiles du champ (voir ci dessous croquis des isophotes L5 à L8)

x101  Nagler 31mm/OIII-12nm

Je commence l’observation par l’étude des régions externes. Elles sont très étendues, très structurées car allant de L1 à L5. Je vais me limiter ce soir au tracé de l’isophote L1, toujours le plus difficile; j’y ai passé pratiquement deux heures !

M 17  T635 BL isophotes

29 mai 2014 01:05 UT, QZ21.21 LZ21.55MW++ vUMi6.4VI4 S5"(h20°) T2 P1.5 S5/390

x125 ES25/100 25mm,

Je reviens sur M17 que j’avais quitté l’année dernière après avoir uniquement eu le temps de tracer l’isophote L1. Je continue avec les isophotes L2. Je commence par le bout de la queue du cygne (la limite NNE), et je tourne vers le N; je m’arrête en étant arrivé uniquement à la pointe N: il est 03h50 et l’aube astro est arrivée depuis 10 min !  Je continuerai demain

29 mai 2014 23:17 UT, QZ21.30 LZ21.57 6.4UMiVI4 S4" T2 P1.5 S5/390 (h=20°)

125x ES25/100/OIII-12nm Explore Scientific 25mm

Je continue l’observation de la veille. Fin de l’isophote L2 à 01h50.

x195 Nagler 16mm/OIII-5nm

Fin de l’isophote L3 (non compris les concentrations lumineuses internes à cet isophotes); il est 03h00, et je n’arrive plus à me concentrer: il y a 2 heures que je trace des isophotes ! Je m’arrête et je continuerai demain.

01 juin 2014 23:30 UT, QZ21.34 L60N21.57 S3.5" vUMi6.4VI5 T2 P1.5 S3/125 4/240

x240 Ethos 13mm/OIII-12nm

Je continue mon observation d’avant hier, et je continue jusqu’à l’aube, à 03h40, en me concentrant sur les régions centrales, c’est à dire le cou, le corps, et la queue du Cygne. J’utilise cette configuration pour tous les isophotes L1 à L4.

x195 Nagler 16mm/OIII-5nm

J’utilise cette configuration pour les isophotes L5 à L8, c’est à dire les zones les plus lumineuses, qui la supporte aisément, et augmente encore le contraste des structures. Je note in situ: "Il est probable que mon dessin final manquera de précision dans certaines zones. En réalité, il m’a manqué une nuit pour tout reprendre et tout vérifier, notamment pour les zones sombres: ce sera le travail d’une nuit de la prochaine NL." Et c’est ce que j’ai fait, à la nouvelle lune suivante, le 21 juin 2014 !

21 juin 2014 22:00 UT, QZ21.34MW++ L60N21.66 S3.5" vUMi6.4VI5 T2 P1.5 S3/125 4/240

x240 Ethos 13mm/OIII-5nm

Je me concentre sur le corps du cygne, c’est à dire les régions centrales, avec les isophotes L5 et +. Toute l’observation a été conduite avec E13/OII-5nm à l’exclusion du bout de la queue, L4, avec E21/OII-12nm. Le seeing est très bon, estimé à 2" (à h = 25°), et l’image est très structurée.

Je pense n’avoir jamais détaillé autant une nébuleuse; en particulier les zones et taches sombres sur le "poitrail" du cygne sont extrêmement structurées. La pointe de la flèche, au milieu du corps, est la zone la plus lumineuse, étalonnée L8 à L10, et je crois que c’est la première fois que j’étalonne une zone L10 sur une nébuleuse diffuse.

En fin d’observation, je reste longtemps, 5 minutes sans arrêt, avec E21/OII-12nm… et le rouge apparait, nettement, mais nettement plus avec les isophotes les moins lumineux: L 1 à 3 -> 30%, L 4 & 5 -> 20%, L 6 & 7 -> 10%, L 8 et + -> 0% c’est à dire non vu. Cela donne l’impression d’un corps du cygne blanc sur un rouge sombre, profond, et bien sûr peu lumineux. L’impression de couleur n’est pas prépondérante: il faut la chercher, et elle devient nette. Mais l’image n’est pas saturée, et de loin: Omega reste discrète de ce point de vue.

Par contre, côté structure, c’est un véritable feu d’artifice !

Autres objets en rapport :

Les commentaires sont clos.